Chinecroissance

Toute l'Actualité Economique de la Chine et sa croissance

restaurant avec vue sur un barrage et la muraille de ChineSi la refuse, comme l’Inde, de plafonner ses émissions de gaz à effet de serre, dont elle est le plus gros pays émetteur au monde, elle met les bouchées doubles dans le domaine des énergies renouvelables. L’objectif est de révolutionner son “mix énergétique”, dominé en 2008 par le charbon.

Depuis le mois de mai, la presse chinoise fait état d’un nouveau schéma directeur pour les nouvelles énergies, encore à l’étude, pour la période 2009-2020 : il pourrait porter sur 3 000 milliards de yuans (300 milliards d’euros) – en incluant toutefois le nucléaire, qui n’est pas considéré en comme une .

En 2007, 2 000 milliards de yuans (200 milliards d’euros) d’ avaient été annoncés en faveur des énergies renouvelables d’ici à 2020, dont une grande partie pour des barrages. “Si toutes ces attentes sont réalisées, la pourrait bien devenir le leader global incontesté dans la production d’énergies propres”, estime l’expert Julian Wong, dans un rapport du think tank américain Center for American Progress.

Déjà, les objectifs fixés pour le développement de l’éolien et du solaire ont été revus à la hausse, le plan de relance de 2008 ayant ouvert les vannes du crédit. Ainsi, l’objectif fixé de 30 gigawatts (GW) de capacité installée en 2020 pour l’éolien devrait être atteint dès 2010, selon un officiel de l’administration nationale pour l’énergie. Le nouvel objectif pour les dix ans à venir a été fixé à 100 GW, mais pourrait atteindre 150 GW dans le plan à venir.

FRÉNÉSIE DE CONSTRUCTION

La Chine est passée en 2008 au quatrième rang mondial, devant l’Inde, pour sa capacité installée en éolien, avec 12,2 GW. Les parcs éoliens en projet ou en construction sont si nombreux que le premier ministre s’est alarmé des risques “d’expansion aveugle” : le réseau électrique actuel est parfois trop vétuste pour accueillir l’électricité ainsi produite, et certains parcs opèrent au ralenti, ou pas du tout.

Dans le solaire, l’objectif d’une capacité installée de 1,8 GW en 2020 a été multiplié par cinq, pour atteindre 10 GW, et pourrait être poussé à 20 GW, contre 140 mégawatts (MW) fin 2008 (1 GW = 1 000 MW). Premier fabriquant mondial de panneaux photovoltaïques, qu’elle exporte pour 95 %, la Chine jugeait jusqu’alors cette technologie trop coûteuse pour la production d’électricité. Les économies d’échelle et les surcapacités ont fait baisser les prix.

L’hydroélectricité n’est pas en reste : la frénésie de construction de barrages sur le cours supérieur du Yangzi a forcé le ministère de l’environnement à suspendre des chantiers qui n’avaient pas effectué d’étude d’impact environnemental sérieuse. Les écologistes dénoncent les risques majeurs posés par cette fièvre du .

Les efforts s’inscrivent dans une loi qui prévoit que la part des énergies renouvelables (hors nucléaire) doivent passer à 10 % de la consommation d’énergie en 2010 et 15 % en 2020. Selon un entretien accordé en juin au Guardian par Zhang Xiaoqiang, le vice-président de l’ de planification chinoise, la Chine atteindrait en réalité, à cette échéance, au moins 18 % – voire 20 % – de renouvelable dans son mélange énergétique. Hors hydroélectricité, le renouvelable doit passer de 1,5 à 6 % du total.

Pourtant, les compagnies d’électricité trainent les pieds. Selon un rapport de Greenpeace Chine sur les dix premières compagnies d’électricité chinoise, une seule a déjà atteint, avec deux ans d’avance, l’obligation d’avoir, en 2010, 3 % de sa capacité installée de production d’électricité en énergies renouvelables (hors hydroélectricité). Huit sont à moins de la moitié de l’objectif, rendant, selon le rapport, quasi impossible sa réalisation.

Ajouter un commentaire