Chinecroissance

Toute l'Actualité Economique de la Chine et sa croissance

Suntech-prevoit-un-boom-du-solaire-en-France-pour-2010Le patron du leader mondial des panneaux solaires , le Dr. Zhengrong Shi, a estimé que le marché français serait le 2ème ou 3ème marché pour le géant en 2010, derrière l’Allemagne et avec l’Italie.

Selon le Dr Shi et le nouveau directeur des ventes de en , Jean-Yves Landheimer, la installera cette année 800 MW à 1 GW de panneaux, dont – lenteur d’EDF oblige – 400 MW seront raccordés au réseau.

Une prévision encore plus optimiste que celle de l’Association européenne des industriels du (Epia) qui table sur 500-700 MW.

Avec 400 W de plus raccordés, la fera plus que doubler sa puissance (292 MW raccordés fin 2009, selon le bilan du Commissariat général au développement durable).

« En Italie, nous vendrons 160 MW cette année », a indiqué le Dr Shi sans donner de chiffre aussi précis pour la . « Notre principal partenaire régulier en est EDF Energies Nouvelles, à qui nous avons prévu de vendre 115 MW cette année, mais qui ne seront pas tous installés en », a précisé le responsable de en France, qui est en fonction depuis 6 mois. S’il vend 100 à 150 MW en France cette année, aura une part de 12% à 17% environ du marché national.

Seulement les toits en France

« En France, nous visons les grandes toitures, pas les centrales au sol, car Suntech préfère la production d’énergie décentralisée, la micro génération », a-t-il expliqué.

EDF EN utilise donc ses deux grands fournisseurs pour deux marchés bien distincts, explique Jean-Yves Lindheimer : les panneaux Suntech pour les toits et ceux de l’américain First Solar – des panneaux en couches minces, moins chers mais à plus bas rendement – pour les grandes centrales au sol.

« Nous pouvons choisir nos segments de marché, car nous ne pouvons répondre à toutes les demandes. D’ailleurs nos ventes prévues en 2010 (1,3 GW) représentent 100% de notre capacité de production ». C’est aussi pour cela que Suntech ne s’estime pas concurrent de son compatriote Yingli, qui a remporté le contrat de la centrale au sol de Curbans.

Suntech n’envisage pas en revanche de produire en Europe : ses lignes de production sont concentrées en , à l’exception du site de production qu’il installe aux Etats-Unis, à Goodyear, décidé « plutôt pour des questions politiques », a reconnu M. Lindheimer.

« Mais les emplois générés par le au niveau local ne sont pas tant ceux des lignes de production que les installateurs, les couvreurs… Donc pour développer le mieux vaut disposer de panneaux de qualité à coûts raisonnables », argue-t-il.

Le patron de Suntech France juge en tout cas « très positif » l’ajustement des tarifs de rachat français, qui permettent selon lui d’éviter la spéculation : « il était temps de calmer les choses ».

Il croit aussi que le marché allemand continuera sur sa lancée cette année, baisse de tarifs ou non, car « il y a aura une baisse de tarif tous les ans. Donc il y aura toujours des gens qui auront intérêt à installer avant la baisse… L’important est que la baisse des tarifs soit corrélée à la baisse des coûts » des panneaux.

La baisse de l’euro pèse cependant sur les comptes du groupe : elle lui a coûté 25 millions d’euros au premier trimestre, un montant supérieur à celui de son bénéfice trimestriel qui était de 20 millions de dollars.

*Le Dr Shi était l’invité du Center of Political and Foreign Affairs pour une conférence organisée par l’ spécialisée dans les marchés de l’environnement Terranuna.

Ajouter un commentaire