Alipay vendu par Alibaba à l’insu de Yahoo

Alipay-vendu-par-Alibaba-a -linsu-de-Yahoo-ChinecroissanceAlipay, le système de paiement en ligne le plus utilisé en Chine, n’appartient plus au géant du e-commerce Alibaba, dont Yahoo! détient 40%. Jack Ma le patron d’Alibaba aurait organisé la vente sans consulter ses actionnaires.

Ça fait mal de perdre un petit bijou. S’en faire déposséder, à son insu, par un soit disant ami, l’est davantage. Après avoir perdu plus de 7%, à la Bourse de New-York, et avoir annoncé qu’Alipay, le système de paiement en ligne le plus utilisé dans l’empire du milieu, ne faisait dorénavant plus partie du géant du e-commerce Alibaba, Le lendemain que la revente d’Alipay avait été organisée sans que lui ni les autres actionnaires ne soient réellement consultés. Ce qu’Alibaba s’est empressé de démentir, en affirmant que des discussions avaient eu lieu pendant 3 ans au sujet de la vente.

La décision prise par le fondateur d’Alibaba, Jack Ma, de vendre sa filiale de paiement en ligne est compréhensible. Elle visait à se mettre en conformité avec une nouvelle règle édictée par la banque centrale, dont le but est de garantir que les systèmes de paiement sont détenus par des Chinois. Si le texte en question n’est pas précis sur le cas de sociétés partiellement détenues par un étranger, il semble que Jack Ma ait choisi de prendre les devants : sortir Alipay du groupe Alibaba lui permettait de défaire tout lien entre ce système de paiement et le groupe américain Yahoo!. N’en déplaise à ce dernier, qui dit avoir été mis devant le fait accompli.

Yahoo! souhaite une compensation

Le coup est dur pour Yahoo! : gérant 51% des paiements en ligne en Chine, Alipay était à l’évidence précieux. Ce n’est pas pour rien que Jack Ma l’a d’ailleurs transféré à une société… dont il est personnellement actionnaire majoritaire. Yahoo! a toutefois réagi en annonçant que les négociations étaient en cours pour déterminer les conditions financières de la transaction. En clair, le géant américain entend bien obtenir une compensation substantielle pour la perte de cet actif.

Ce nouvel épisode des relations tumultueuses entre Yahoo! et Alibaba vient illustrer, une fois de plus, que la participation du portail américain dans le géant chinois de l’e-commerce, aussi lucrative soit-elle, place Yahoo! en position inconfortable. D’après certaines estimations, près du tiers de sa valeur boursière dépendrait aujourd’hui d’une société dont, de fait, les choix stratégiques lui échappent.

Pierre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *