Chinecroissance

Toute l'Actualité Economique de la Chine et sa croissance

Mai-18-2009

La Chine réveillera t-elle l’économie mondiale

Publié par Pierre dans Economie

La Chine réveillera t-elle l'économie mondialeL’économie chinoise devrait rebondir mi-2009 et redémarrer pleinement en 2010, grâce au vaste plan de relance du gouvernement. Cette reprise de la troisième puissance mondiale peut-elle stimuler l’économie de la planète ? Rien n’est moins sûr.

L’éclaircie tant attendue dans la tempête qui balaie l’économie mondiale viendra-t-elle de  ? En effet, face à la crise, l’empire du milieu fait de la résistance. Mieux, son économie devrait rebondir dès cette année et redémarrer pleinement en 2010.

Certes, la ne passe pas à travers l’orage. Un rapport de la publié le 7 avril prévoit que le produit intérieur brut (PIB) du pays ne dépassera pas une croissance de 6,5 % cette année, contre 13 % en 2007 et 9 % l’an dernier. Une prévision en ligne avec celle de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) qui table sur une croissance du PIB de +6,3% en 2009.

Les deux institutions soulignent néanmoins que de récentes statistiques de l’économie chinoise laissent penser que le pire a été atteint et que la reprise est amorcée. Les ont ainsi prêté 2.690 milliards de yuans (296 milliards d’euros) au  cours des deux premiers mois de l’année pour financer les grandes dépenses  d’infrastructure engagées dans le cadre du plan de relance national. Par ailleurs, la production industrielle du pays est repartie : l’indice des Directeurs d’Achats (PMI) a ainsi progressé en mars pour le quatrième mois consécutif à 52,4.  Enfin, la achète à nouveau des matières premières.

Le rebond va contribuer à la guérison de la région Asie de l’Est et du Pacifique

Les raisons de cette résistance ? Tout d’abord, le secteur bancaire n’a pas été exposé, comme ses homologues occidentaux, aux actifs à haut risque, grâce à son contrôle des capitaux. Surtout, le colossal plan de relance du gouvernement , qui mobilise 4.000 milliards de yuans (440 milliards d’euros), soit 12% du PIB du pays, commence à porter ses fruits. Essentiellement fondé sur les dans les infrastructures, le plan de relance devrait contribuer pour près de trois quarts (4,9 points) à la croissance du PIB national cette année, selon la .

Au final, la croissance de la Chine devrait s’accélérer au cours des deux derniers trimestre de 2009 – à +8 ou 9% selon les prévisions du département économie de Natixis – pour s’affirmer en 2010. L’an prochain, la croissance du PIB chinois atteindrait +8,5% selon l’OCDE. Pour la , c’est « grâce à la Chine que la croissance des pays en développement de l’Asie de l’Est et du Pacifique sera la plus rapide de toutes les régions du monde ». L’économie chinoise devrait ainsi « redémarrer pleinement en 2010 et contribuer à la stabilisation de la région, voire à sa guérison», assure l’institution.

Le rebond de l’économie chinoise, troisième économie au monde, est-il également une lueur d’espoir pour l’économie mondiale ? La Chine peut-elle seule relancer la croissance de la planète ? Malheureusement non.

Certes, la reprise de la production industrielle chinoise est une « bonne nouvelle » pour les économies qui font du commerce avec l’empire du milieu, indique Edgardo Torija-Zane, économiste chez Natixis. La Chine va en effet augmenter sa demande de matières premières. Le rebond chinois peut être un « catalyseur » de la reprise mondial,  explique Laurence Bonne, chef économiste chez Barclays Capital, à condition d’être accompagné par une reprise aux Etats-Unis grâce au vaste plan de relance budgétaire du gouvernement Obama. Seule, l’économie chinoise a un impact limité.

Le poids de la Chine dans le PIB mondial est trop faible pour relancer l’économie

Tout d’abord parce que l’économie chinoise est relativement fermée. Sa part dans les mondiales ne s’élevaient ainsi qu’à 6,5% en 2007. Ensuite parce que le poids de la Chine dans l’économie mondiale n’est pas aussi significatif que celui des grandes économies occidentales. La Chine ne pèse que 7% du PIB mondial en 2008, contre 23% pour les Etats-Unis et 32% pour l’Union européenne.

« Le consommateur moyen chinois ne peut remplacer le consommateur moyen américain en termes de panier et de pouvoir d’achat », souligne Laurence Boone. D’autant que la relance par la consommation n’est pas acquise en Chine.

En dépit des grands projets d’infrastructures qui visent à maintenir l’emploi, le chômage reste à un niveau très élevé. Selon le ministère de l’agriculture chinois, 20 millions de travailleurs ruraux (15% du total) ont perdu leur emploi depuis le début de l’année. Sur les 70 millions de travailleurs migrants partis dans les zones rurales à l’occasion du Nouvel An chinois, fin janvier, 80% (56 millions) sont retournés dans les villes. Parmi eux, 11 millions n’ont pas retrouvé d’emploi. La plaie du chômage, amplifiée par l’inexistence de filets de sécurité sociale, n’incite pas le à dépenser. Le taux d’épargne en Chine est l’un des plus élevés au monde.

« On ne peut pas compter sur l’économie chinoise pour relancer seule l’économie mondiale, résume Françoise Lemoine, économiste au CEPII. Elle peut en revanche éviter que celle-ci ne plonge plus fortement. »

(Source : L’expansion)

Commentaire Fermé