Les autorités chinoises continuent leur lutte anti-corruption dans les géants de la Tech

Les autorités chinoises continuent leur lutte anti-corruption dans les géants de la Tech

Pékin continue sa lutte anti corruption et cette fois ci s’attaque à la corruption dans les géants de la tech.

Plusieurs dirigeants de géants technologiques chinois ont été arrêtés.

La chasse à la corruption privée est lancée.

Si vous souhaitez en savoir plus, lisez la suite de cet article.

  • L’arrestation du directeur des relations publiques de Weibo
  • La campagne anti-corruption du président Xi Jinping
  • L’ancien vice-président de Kuaishou arrêté

 

L’arrestation du directeur des relations publiques de Weibo

En août 2021, Les autorités chinoises ont arrêté un haut responsable des relations publiques du géant chinois des réseaux sociaux Weibo Corp (WB.O).

Mao Taotao, directeur des relations publiques de Weibo, est soupçonné d’avoir versé des pots-de-vin et d’avoir « gravement porté atteinte aux intérêts de l’entreprise », selon une note interne envoyée au personnel et republiée dans les médias locaux.

Une source de l’entreprise a confirmé l’exactitude du mémo.

« Conformément à la politique de l’entreprise et à la loi, nous avons décidé de licencier Mao à titre de sanction et nous ne le réembaucherons pas », indique le mémo.

Le mémo précise que Mao a été arrêté par les autorités.

Mao a rejoint Weibo en 2010 et a rapidement gravi les échelons du département marketing et relations publiques, indique le mémo.

« En tant qu’employé de longue date de l’entreprise et chef d’un département important. Il n’a pas su agir en tant que modèle et a succombé à la tentation, ce qui nous remplit de douleur et de regret », ajoute le mémo.

La Chine a désormais un code de conduite et un département anti corruption qui est devenu prioritaire et efficace explique cet avocat basé à Shanghai.

 

La campagne anti-corruption du président Xi Jinping

Les entreprises technologiques chinoises ont multiplié les enquêtes sur la corruption ces dernières années, dans le cadre de la campagne anti-corruption menée par le président Xi Jinping et alors que leurs valorisations et leurs profils ont explosé à la suite d’un boom technologique.

 

L’ancien vice-président de Kuaishou arrêté

Au début de l’année, un ancien vice-président de Kuaishou (1024.HK) a été arrêté pour corruption présumée, tandis que Tencent Holdings (0700.HK) a déclaré que l’un des cadres de sa société faisait l’objet d’une enquête des autorités pour des allégations de « corruption personnelle ».

Le secteur technologique chinois a également été mêlé à d’autres controverses. Alibaba Group, qui possède en partie Weibo, a été confronté à des réactions négatives pour avoir retardé les mesures relatives aux allégations d’agression sexuelle d’une employée contre son directeur et un client. Rien n’indique que les incidents soient liés.

Plus d’informations sur Kuaishou 

 

En conclusion

Plusieurs hauts dirigeants de société sont déjà tombés pour corruption. La campagne menée par Xi Jinping porte ses fruits.

 

 

Olivier Verot

Olivier s'est fait connaitre comme expert du marketing en Chine, à travers de nombreuses publications. Il va alimenter notre site d'informations intéressantes et insolites sur le marché chinois, en insistant sur la partie Web.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *