Chinecroissance

Toute l'Actualité Economique de la Chine et sa croissance

billets-dollar-yuanPour le septième mois consécutif, les directs étrangers en sont en baisse en raison de la mondiale. Mais les analystes restent optimistes notamment du fait que la reste l’une des premières destinations pour les .

En Avril, les directs étrangers en ont continué à chuter, enregistrant une baisse de 22,5% sur un an pour atteindre 5,89 milliards de dollars, a indiqué le ministère du Commerce.

Sur les 5 premiers mois de l’année la baisse a été de 21% et les investissements directs étrangers () ont totalisé 27,67 milliards, a précisé le porte-parole Yao Jian.

En mars, leur déclin en glissement annuel avait été de 9,5%. Les ont commencé à fléchir en octobre, en conséquence de la et financière internationale poussant les entreprises étrangères à la prudence et à garder des liquidités plutôt qu’à investir.

La raison de ce ralentissement pour les analystes est sans conteste la mondiale. De nombreuses entreprises postposent, ou annulent, les dépenses vers les usines ou autres actifs du fait de la faiblesse du commerce international et des conditions financières.

Lu Jinyong estime que les investissements directs étrangers pour 2009 devraient s’établir à environ 80 milliards de dollars, contre 92, 4 milliards l’année dernière, soit une diminution modérée selon lui.

Autre signe qui permet aux analystes de rester optimiste est que, selon un document de la chambre du commerce américaine, 22% des entreprises américaines considère la Chine comme la première destination pour l’investissement. Entre 75 et 78 % des entreprises d’Amérique du nord placent la Chine dans le top trois des pays où investir, et cela depuis 2004.

Et même si les investissements directs étrangers diminuent, la Chine sera l’un des quelques points lumineux dans le monde, affirme Lu.

Commentaire Fermé