Chinecroissance

Toute l'Actualité Economique de la Chine et sa croissance

Avr-23-2009

Le libre-échange serait-il responsable ?

Publié par Pierre dans Economie

crise-financiere

La hausse du chômage, consécutive à la qui frappe l’économie mondiale depuis l’automne 2008, suscite inquiétudes et propositions visant à contrôler le libre-échange. De quoi parle-t-on ? Le libre-échange suppose que la spécialisation des producteurs dans leurs domaines d’excellence permet d’améliorer le bien-être collectif. Plutôt que de produire du blé, du vin et des chaussures, un producteur a intérêt à produire du blé en obtenant de meilleurs rendements et à acheter du vin et des chaussures à d’autres producteurs.

En quoi ce principe de libre-échange serait-il responsable des difficultés économiques actuelles ?

La promotion des échanges fondés sur des avantages comparatifs, sur le plan international, suppose que tous les pays obéissent aux mêmes règles de droit et aux mêmes normes sociales et environnementales. Or, par exemple, les travailleurs subissent des niveaux élevés de et ne bénéficient que d’une protection sociale très réduite en dehors des membres des administrations et des entreprises publiques. Normalement, il faudrait imposer aux produits venant de des taxes compensatoires pour tenir compte de ces éléments. L’Organisation mondiale du Commerce () a refusé jusqu’ici de prendre en compte ces éléments nouveaux, en dépit de nombreux débats. Il est clair que cette opposition n’est plus tenable. Le commerce international doit intégrer les écarts de normes sociales et environnementales par des taxes compensatoires, ce que le sommet du G2 a soigneusement évité d’aborder.

L’Europe a toujours adopté une vision de très grande ouverture au libre-échange, en sorte qu’elle est aujourd’hui la zone la plus ouverte au monde. Elle n’exige même pas de réciprocité dans l’ouverture aux échanges, c’est-à-dire que les marchés des pays avec lesquels elle commerce soient aussi ouverts que les siens. Il ne faut donc pas imputer au libre-échange ce qui est dû à la politique commerciale européenne, à la fois naïve et laxiste.

Ensuite, la ne mène pas une politique de change offensive. Elle a accepté sans réagir la très forte montée de l’euro de 2005 à l’été 2008. La zone euro est la seule zone monétaire qui n’a pas d’objectifs de change car il n’y a pas d’accord entre les pays membres de la zone sur le niveau approprié du taux de change.

Quant à la , elle perd des parts de marché massivement depuis 1999, notamment à l’intérieur de la zone euro : ce n’est pas le libre-échange international qui explique ces pertes de parts de marché alors que l’Allemagne a su maintenir les siennes, notamment en augmentant massivement ses exportations vers la et l’Italie. Les principaux déséquilibres au sein des échanges extérieurs de la ne sont pas dus au libre-échange mais à des choix européens contestables et à des faiblesses économiques manifestes en .

Notre pays souffre notamment de n’avoir pas su favoriser le développement de ses petites et moyennes entreprises, en sorte qu’il nous manque aujourd’hui, à population résidente donnée sur le territoire métropolitain, 10.000 entreprises de 500 personnes pour avoir des taux d’activité de la population comparables à ceux des pays dont la croissance à moyen terme est plus équilibrée que la nôtre. Les donneurs d’ordres dans l’industrie et la distribution écrasent leurs propres sous-traitants français alors que les entreprises industrielles allemandes et japonaises protègent les leurs.

Le libre-échange est comme l’eau : on peut nager dessus ou se noyer dedans. Le résultat dépend du nageur et non de l’eau !

Que faire ? Que l’Europe balaie devant sa porte en intégrant la réciprocité dans les échanges et en promouvant l’intégration des coûts environnementaux dans les prix à l’importation. Que la zone euro se dote d’un gouvernement économique cohérent et d’une politique de change pour peser sur les parités entre l’euro, le dollar, le et le yen. Enfin, Il faut que la réforme les pratiques de son appareil de production et qu’elle réforme sa sphère publique pour en améliorer l’efficacité et baisser le poids des prélèvements sur l’activité productive. Tant que l’Europe et la n’auront pas de stratégie d’action cohérente avec la nature du monde tel qu’il est, il ne sert à rien d’accuser le libre-échange de maux qui lui sont étrangers.

Ajouter un commentaire