Chinecroissance

Toute l'Actualité Economique de la Chine et sa croissance

La Chine va vendre deux fois plus de voitures de luxe que les Etats Unis-ChinecroissanceD’après une étude McKinsey la Chine, pourrait dès 2016 dépasser les Etats-Unis sur le marché des voitures de luxe, avec ses nouveaux riches.

Les nouveaux riches chinois aiment se montrer au volant de grosse cylindrée tel que Audi ou Porsche.

Lire la suite… »

Forte hausse des ventes de Mercedes en Chine - ChinecroissanceLes ventes de Mercedes a progressé de 12,7% au premier trimestre et connu un nouveau record en Chine. Mais le constructeur allemand doit rappeler 136.750 4×4 Classe M aux Etats-Unis et 50.000 en Allemagne.

Aux Etats-Unis, la firme a augmenté ses scores de 8,4% sur le trimestre à 53.346 unités. En Allemagne, Mercedes a de nouveau occupé la première place dans le haut de gamme, affirme le groupe Daimler, avec 49.318 voitures écoulées au premier trimestre (stable). Les bonnes performances trimestrielles s’expliquent notamment par le succès de la limousine Classe S (16.869 unités, +24,8%). La gamme intermédiaire Classe E a pour sa part progressé de 15% à 78.570 unités. Pour le deuxième trimestre, le groupe s’attend également à des ventes supérieures à celles de l’année précédente. En 2010, Mercedes avait écoulé 1,17 million de voitures dans le monde, contre 1,012 million l’année précédente.

Lire la suite… »

visa-chine

La Chine a annoncé la suspension des procédures rapides pour les visas aux Etats-Unis, refusant cependant de dire si cette décision était liée à la lutte contre la grippe porcine.
Cette mesure a été officialisée sur le site internet de l’ambassade de Chine aux Etats-Unis.
“La période de traitement des visas chinois sera étendue à six jours ouvrables, alors que le service express et rapide sera suspendu”, est-il indiqué.
Mardi, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a refusé de dire si cette mesure avait un lien avec le virus (A)H1N1 et si d’autres pays étaient concernés.

Lire la suite… »

Gao Haihong Directrice du département de finances internationales à l’Académie des sciences sociales de Pékin Recueilli par PASCALE NIVELLE (à Pékin)

dollars-face-a-la-monnaie-chinoise

«Je parle de quelque chose que je ne verrai sans doute pas de mon vivant : le remplacement du dollar tout-puissant par une monnaie supranationale sur les marchés internationaux.»

«La Chine et tous les pays émergents, dépendants du dollar, en rêvent. Zhou Xiaochuan, le gouverneur de la Banque centrale chinoise, a fait cette proposition à la veille du G20. Ce n’est pas un concept nouveau, notre Premier ministre l’a déjà évoqué.

Ce qui l’est, c’est qu’un fonctionnaire de haut rang s’exprime publiquement et de façon claire. La prédominance du dollar, imposée aux pays émergents, est un choix irresponsable des Etats-Unis. Au mieux, on peut les taxer d’ignorance de bonne foi, mais la dévaluation du dollar est surtout bénéfique à leur marché. Leur plan de relance stimulera leur économie, mais accroîtra les risques d’instabilité sur les marchés internationaux.

«L’établissement d’une monnaie supranationale, en fait un paquet de monnaies, atténuerait les effets négatifs des taux de change. Elle prendrait en compte le yuan et le poids de notre économie réelle, cela rétablirait un équilibre. Ni moi ni Zhou Xiaochuan n’avons précisé de quelle manière cette réforme peut se faire. On en parle de façon abstraite, un peu idéale. Quelle institution pour la mettre en œuvre ? Le FMI peut être une option mais, pour l’instant, il est géré par les Etats-Unis.»

«Il faudrait inventer une structure où chaque pays serait représenté correctement. La Chine est un grand pays toujours en développement, beaucoup de facteurs limitent encore sa revendication d’une place importante dans les institutions internationales. Mais ce jour viendra en temps opportun. Nous nous donnons du temps, et nous avons confiance. L’important, c’est que la Chine s’exprime sur ces sujets. Au dernier G20, la Chine était plus en retrait. Aujourd’hui, elle donne sa réponse au plan de relance du gouvernement américain, qui comprend le rachat massif de sa dette. Il est temps que nous déclarions aux Américains que nous avons le choix. Et que le soutien de la Chine aux Etats-Unis ne sera total que si son intérêt est garanti.»

Gao Haihong, 45 ans, est directrice du département finances internationales à l’Académie des sciences sociales de Pékin, proche du gouvernement.

(source : Liberation.fr)